Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Citons-precis.com/citations

Leurs dernières paroles : des citations qui font forcément date ! ( seconde partie )

17 Juin 2015 , Rédigé par Daniel Confland Publié dans #gens connus

Seconde partie

Qu'ont-ils dit, ces personnages célèbres, sur leur lit de mort ou encore debout, mais plus pour longtemps. Voici quelques exemples supplémentaires de leurs dernières paroles.

D'abord le rappel des dernières paroles de Beethoven, mentionnées dans l'article du 10 février 2015 :

Au ciel, j'entendrai.

date de la mort : 26 mars 1827

Un autre musicien : Richard Wagner

Né à leipzig en 1813, le compositeur meurt à Venise le 13 février 1883. Au moment de pousser le dernier soupir, il laisse tomber sa montre de son gousset et crie :

Ma montre !

Savait-il alors qu'il aurait l'éternité devant lui pour compter les heures ?

Les écrivains de nouveau à l'honneur...

 

Raymond Radiguet

Pour Raymond Radiguet, j'avoue tricher un peu et rapporter des dernières paroles anticipées ! L'auteur de deux ouvrages célèbres ; Le Diable au corps et Le Comte d'Orgel meurt le 12 décembre 1923 d'une typhoïde mal diagnostiquée par le médecin de Cocteau, avec lequel notre écrivain entretenait une relation amicale forte. Dans son délire, Radiguet avait déclaré peu de temps auparavant :  

 

J'ai peur, dans trois jours je serai fusillé par les soldats de Dieu.

Paul Léautaud

L'écrivain et critique littéraire décède le 22 février 1956 à Château-Malabry. Dans son ouvrage paru sur Léautaud en 2009, Philippe Delerm décrit ainsi l'écrivain :

" Léautaud n'est pas un misanthrope par défaut, par échec, rebuffade ou déception. Il est avant tout amoureux profond et sincère de la solitude. Léautaud n'a pas besoin de confort, de raffinement technologique. Mais il n'a pas non plus besoin des autres ". 
Rien d'étonnant, donc, à ce que furent ses dernières paroles :
 

Et maintenant, foutez-moi la paix :

Le titre de l'ouvrage de Philippe Delerm est justement : " Maintenant, foutez-moi la paix "

Un homme d'Etat : Georges Clemenceau

Le " Tigre" quitte ce monde le 24 novembre 1929 à Paris, victime d'une crise d'urémie. Sur son lit de mort, voyant entrer un prêtre dans l'appartement de la rue Franklin, il s'exclame :

Enlevez-moi ça !

Dans son testament rédigé l'année de sa mort, Clémenceau avait exprimé un voeu « Pour mes obsèques, je ne veux que le strict minimum, c'est-à-dire moi ».

Trois peintres

 

Van Gogh (1853 - 29 juillet 1890 )

Vincent Van Gogh souffrait d'épilepsie. " Les écrits du peintre amènent à penser que les crises le faisaient terriblement souffrir. Les dernières paroles prononcés par van Gogh sur son lit de mort à son frère ( Théo ) mettent en avant la tragique peine ressentie ainsi que le désenchantement de sa propre vie " (se reporter à la source en fin d'article ) :

La tristesse restera éternellement.

Henri de Toulouse-Lautrec ( décès le 9 septembre 1901 )

Le peintre décède au Château Malromé, près de St-André-du-Bois (Gironde). Son père, présent lors de ses derniers instants, est un aristocrate passionné de chasse. Toulouse-Lautrec a encore la force de lui lancer un dernier trait d'ironie : 

Je savais que vous ne manqueriez pas l'hallali !

Hokusaï

C'est un artiste polyvalent, tour à tour peintre, dessinateur, graveur et créateur de célèbres estampes gravées sur bois. Son oeuvre aborde des sujets populaires : scènes de la bourgeoisie, jolies femmes et courtisanes, sumotori, acteurs de kabuki...

A travers le "japonisme", Hokusaï a beaucoup influencé les artistes occidentaux et notamment Gauguin, Van Gogh et Monet. Il serait l'inventeur du mot manga, qu'il a lui-même mis en pratique dans certains de ses dessins.

Il meurt le 10 mai 1849, en prononçant ces paroles pleines d'humilité et sans savoir que la postérité lui rendra autant hommage :

Encore cinq ans de plus et je serais devenu un grand artiste.

Voir et revoir les articles 

Celui du 20 janvier 2015 concernait l'argent d'une façon générale. Il comportait, et cela tombe à pic pour l'article d'aujoud'hui une citation des dernières paroles de Socrate, soucieux du règlement de ses dettes avant de sauter le pas : il demande à son disciple Criton ( Platon : "Le Criton") : " Criton, nous devons un coq à Asclépios, payez-le, ne l'oubliez pas !" (in : "Encyclopédie sur la mort, http://agora.qc.ca ).

Dans cet article du 20 janvier 2015, on explique aussi l'origine du proverbe : " qui paye ses dettes s'enrichit "

Pour accéder http://www.citons-precis.com/2015/01/mots-clefs-dettes-enrichissement-dernieres-paroles-socrate-platon.html

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article