Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Citons-precis.com/citations

Claude Monet l'impressionniste : des tableaux du maître et des citations du peintre et de ses contemporains

20 Mars 2017 , Rédigé par Daniel Confland Publié dans #gens connus

Mots-clefs : Monet, peintre, peinture, beaux arts, impressionnisme, nymphéas, tableaux, Giverny

000

Oscar-Claude Monet naît à Paris en 1840. Pour des raisons financières, sa famille part pour la Normandie et s'installe au Havre. C'est là qu'il fait la connaissance d'Eugène Boudin vers l'âge de 18 ans. Celui-ci, séduit d'abord par ses caricatures, l'encourage à peindre et à prendre des cours dans une académie parisienne. 

Les premières toiles de Monet -dont certaines exposées dans sa ville d'adoption- s'inspirent de la technique de Boudin.

En 1862, il entre à  l’atelier de l’École impériale des beaux-arts de Paris pour y étudier l'art, Il y restera peu de temps, car il est déjà en désaccord avec la manière...académique de peindre la nature. Mais ce séjour est l'occasion de rencontres marquantes : Pierre-Auguste RenoirAlfred Sisley et Frédéric Bazille, avec lequel il se liera d'amitié.

Les années suivantes sont des années de misère et souvent de découragement. Monet alterne les séjours à Paris et en Normandie. Il y retrouve notamment Jonkhind et Boudin. Ses toiles de l'époque, peintes à Honfleur, au Havre, à Sainte-Adresse, sont souvent rejetées par le jury du Salon de l'Académie.

En 1970, Monet n'adhère pas à la Commune et part pour Londres -où il est très influencé par la peinture de Turner-, puis pour les Pays-Bas.

Le mouvement impressionniste naît en 1874 avec la première exposition -le 15 avril- de la Société anonyme coopérative d'artistes. Elle réunit dans le salon de Nadar, Boulevard des Capucines, des oeuvres d'artistes non reconnus par le Salon officiel de l'Académie. Monet y présente Impression soleil levant. La manifestation est peu suivie et fait l'objet de nombreux commentaires désobligeants de la part des critiques d'art. C'est d'ailleurs à cette occasion que Louis Leroy, journaliste et critique au journal Charivari emploie le terme impressionniste pour ironiser sur la manière de peindre des artistes présentés.

La deuxième, puis surtout la troisième exposition organisées par la Société anonyme coopérative d'artistes connaissent en revanche un succès grandissant. Claude Monet, qui présente 18 tableaux à celle de 1876, reçoit même quelques appréciations flatteuses.

Peu à peu, même s'il y a des hauts et des bas, les commandes de tableaux se font plus nombreuses chez Monet et sa situation financière s'améliore, aussi sous l'effet d'héritages familiaux.

En 1883, le peintre fait l'acquisition du domaine de Giverny, dans le département de l'Eure. Il y demeurera 43 ans, jusqu'à sa mort en 1926. La maison s'inscrit dans le jardin et Monet conçoit celui-ci -massifs, parterres, étang et jardin d'eau- comme des oeuvres à part entière.

Après les séries sur les paysages normands, les peintures de la gare Saint-Lazare, les séries sur les meules, la cathédrale de Rouen, la Tamise, etc., les fleurs et les nymphéas de Giverny assoient et consacrent définitivement son talent et sa renommée.

DC

Pour en savoir plus :

voir l'article de wikipédia sur Claude Monet, dont plusieurs éléments sont repris ici.

et se reporter au site de la Fondation Claude Monet

Photo insérée dans le texte : Gare Saint-Lazare, 1877, Fogg Museum, Cambridge (Etats-Unis), Cliché: The Yorck Project, Wikipédia CC

Impression soleil levant, 1872, Musée Marmottan, Cliché Warburg.Edu, Wikipédia CC

Impression soleil levant, 1872, Musée Marmottan, Cliché Warburg.Edu, Wikipédia CC

Meules milieu du jour, 1890-1891, National Gallery of Australia, Wikipédia CC

Meules milieu du jour, 1890-1891, National Gallery of Australia, Wikipédia CC

 

          La cathédrale de Rouen, Musée d'Orsay, cliché : The Yorck Project, Wikipédia CC

Les citations

( Extraites du site de la Fondation Claude Monet )                                             

- De Claude Monet lui même

 

« Je suis dans le ravissement, Giverny est un pays splendide pour moi. »
Monet à Théodore Duret

 

« Ah, messieurs, je ne reçois pas quand je travaille, non, je ne reçois pas. Quand je travaille, si je suis interrompu, ça me coupe bras et jambes, je suis perdu. Vous comprenez facilement, je cours après une tranche de couleur. »
Monet à Georges Bernheim et René Gimpel

 

« Tandis que vous cherchez philosophiquement le monde en soi, j’exerce simplement mon effort sur un maximum d’apparences, en étroites corrélations avec des réalités inconnues. »

 

« Je veux peindre l’air dans lequel se trouve le pont, la maison, le bateau. La beauté de l’air où ils sont, et ce n’est rien d’autre que l’impossible. »


 

« C’est un métier que j’ai appris dans ma jeunesse… quand j’étais malheureux… Je dois peut-être aux fleurs d’avoir été peintre. »

 

« J’ai peint beaucoup de ces nymphéas, en modifiant chaque fois mon point de vue, en renouvelant le motif suivant les saisons de l’année, et par suite, suivant les différences d’effet lumineux qu’engendrent ces changements. L’effet, d’ailleurs, varie incessamment. L’essentiel du motif est le miroir d’eau dont l’aspect, à tout instant, se modifie grâce aux pans de ciel qui s’y reflètent, et qui répandent la vie et le mouvement. Le nuage qui passe, la brise qui fraîchit, le grain qui menace et qui tombe, le vent qui souffle et s’abat brusquement, la lumière qui décroît e qui renaît, autant de causes, insaisissables pour l’œil des profanes, qui transforment la teinte et défigurent les plans d’eau. »
Monet à Thiébault-Sisson

 

« Le motif est quelque chose de secondaire, ce que je veux reproduire, c’est ce qu’il y a entre le motif et moi ».
Monet

 

- De ses proches, amis et admirateurs

 

« C’est à Giverny qu’il faut avoir vu Monet pour le connaître, pour savoir son caractère, son goût d’existence, sa nature intime. (…) Cette maison et ce jardin, c’est aussi une œuvre, et Monet a mis toute sa vie à la créer et à la parfaire. »
Gustave Geffroy.

 

« Cette maison modeste et pourtant si somptueuse par l’arrangement intérieur et le jardin, ou plutôt les jardins, qui l’entourent. Celui qui a conçu et agencé ce petit univers familier et magnifique n’est pas seulement un grand artiste dans la création de ses tableaux, il l’est aussi dans le décor d’existence qu’il a su installer pour s’y plaire. »
Gustave Geffroy

 

« Le jardin (...) compte parmi ses œuvres, réalisant le charme d’une adaptation de la nature aux travaux du peintre et de la lumière. Un prolongement d’atelier en plein air, avec des palettes de couleurs profusément répandues de toutes parts pour les gymnastiques de l’œil, au travers des appétits de vibrations dont une rétine fiévreuse attend des  joies jamais apaisées (...). Il n’est pas besoin de savoir comment il fit son jardin. Il est bien certain qu’il  le fit tel que son œil le commanda successivement aux invitations de chaque journée, pour la satisfaction de ses appétits de couleurs. »
Georges Clemenceau

 

« Avec tout le monde, j’ai déjà noté qu’à la distance où Monet se place nécessairement pour peindre, le spectateur n’aperçoit sur la toile qu’une tempête de couleurs follement brassées. Quelques pas de recul, et voici que sur ce même panneau la nature se recompose et s’ordonne à miracle, au travers de l’inextricable fouillis des taches multicolores qui nous déconcertaient à première vue   (....)  Comment Monet, qui ne se déplaçait pas, pouvait-il saisir, du même point de vue, la décomposition et la recomposition des tons qui lui permettaient d’obtenir l’effet cherché ? »
Georges Clemenceau

 

« Si je puis voir un jour le jardin de Claude Monet, je sens bien que j’y verrai, dans un jardin de tons et de couleurs plus encore que de fleurs, un jardin qui doit être moins l’ancien jardin-fleuriste qu’un jardin coloriste, si l’on peut dire, des fleurs disposés en un ensemble qui n’est pas tout à fait celui de la nature, puisqu’elles ont été semées de façon que ne fleurissent en même temps que celles dont les nuances s’assortissent, s’harmonisent à l’infini en une étendue bleue ou rosée, et que cette intention de peintre puissamment manifestée a dématérialisée, en quelque sorte, de tout ce qui n’est pas la couleur. »
Marcel Proust

Nymphéa, 1904, Musée Malraux, Wikipédia CC

Nymphéa, 1904, Musée Malraux, Wikipédia CC

Claude Monet par Nadar en 1899

Claude Monet par Nadar en 1899

« C’est l’été qu’il fallait le voir, dans ce fameux jardin qui était son luxe et sa gloire, et pour lequel il faisait des folies comme un roi pour une maîtresse… » (Louis Gillet)

D'autres citations encore

"Ce ce que je ferai ici aura au moins le mérite de ne ressembler à personne parce que ce sera l'impression de ce que j'aurai ressenti, moi tout seul."

"La couleur est mon obsession quotidienne, ma joie et mon tourment."

Devant vous un arbre, une maison, un champ ou quoi que ce soit. Pensez seulement à ceci : voici un petit carré de bleu, de rose, un ovale vert, une raie jaune et peignez exactement comme ils vous apparaissent.

Vidéo de la Fondation Claude Monet à Giverny (département de l'Eure)

000

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article