Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Citons-precis.com/citations

La marquise de Sévigné : une épistolière française au top de son art, en 25 citations

10 Février 2020 , Rédigé par Daniel Confland Publié dans #gens connus

 

Mots-clefs : Madame de Sévigné, lettres, épistolière, correspondance, Madame de Grignan, citations.

°°°

La marquise de Sévigné vers 1665 par Claude Lefèbvre, Musée Carnavalet, Wikipédia CC

La marquise de Sévigné vers 1665 par Claude Lefèbvre, Musée Carnavalet, Wikipédia CC

Zoom sur la correspondance de la marquise de Sévigné

Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné (1626-1696) mérite amplement ce seul qualificatif en forme de jeu de mots : c'est une , c'est LA femme de "lettres". Car il s'agit d'un monument de la littérature française dans le genre épistolaire.
L'extrême intérêt de ces lettres est que Madame de Sévigné s'y montre...naturelle, sans détours, elle parle d'elle et de ses sentiments, qu'elle agrémente d'éléments de portée générale et de commentaires sociaux. On est loin du pédantisme, de la préciosité et de la rhétorique ampoulée du temps. Sa rhétorique à elle, c'est ce qu'on appelle l'ethos, cette manière du discours qui fournit au récepteur l'image que le récepteur donne de lui par ses propos.
"On recense aujourd'hui 1120 lettres de Mme de Sévigné, dont 764 à sa fille Madame de Grignan, 126 à son cousin Bussy [-Rabutin], et 220 lettres adressées à 29 autres destinataires." (*)
La première lettre à sa fille date de 1648, mais la marquise écrit à sa famille et à ses amis depuis déjà longtemps. Cette correspondance est publiée en plusieurs éditions à partir de 1726.
"Il est à noter  un manque fondamental dans cette correspondance : seules les lettres de la marquise ont été conservées, les réponses de sa famille ont été détruites par sa petite-fille. Ce qui crée l'impression d’un monologue et nous prive de la dimension du dialogue." (*)
Ladite petite-fille a également remanié la correspondance avant publication pour toutes sortes de raisons : qualité littéraire jugée insuffisante, propos trop "libres" en matière de galanterie, passages concernant l'intimité familiale de la marquise, etc. (*)
Fort heureusement une moitié des lettres envoyées par Madame de Sévigné à sa fille ont été retrouvées plus tard chez un antiquaire sous forme de copies manuscrites d'après les originaux. Ce qui donne de cette correpondance une image plus fidèle. (*)
Jardins de l'hôtel Carnavalet à Paris, siège du Musée : Madame de Sévigné en fut locataire entre 1677 et 1696.

Jardins de l'hôtel Carnavalet à Paris, siège du Musée : Madame de Sévigné en fut locataire entre 1677 et 1696.

 

- J'admire comme la plume va plus vite et plus loin qu'on ne veut.

- Les premiers sentiments sont toujours les plus naturels.

- Pour juger combien nous importunons en parlant de nous, il faut songer combien les autres nous importunent quand ils parlent d'eux.

- Si on pouvait avoir une peu de patience, on s'épargnerait bien du chagrin.

- Vous devez vous défier de vous, quand vous êtes seul de votre avis.

- Tous les [autres] maux trouvent leur remède, ou dans le temps, ou dans la modération, ou dans la force de l'esprit; les réflexions, la dévotion, la philosophie, les peuvent adoucir.

- Les femmes ont permission d'être faibles, et elles se servent sans scrupule de ce privilège.

- Le cœur n'a point de rides, il est toujours jeune.

- Il n'y a rien de plus vrai que l'amitié se réchauffe quand on est dans les mêmes intérêts.

- Il y a des sortes d'amitiés que l'absence et le temps ne finissent jamais.

- Rien n'est si fou que de mettre son salut dans l'incertitude, mais rien n'est si naturel.

- La vie est trop courte pour se tuer; ce n'est pas la peine de s'impatienter.

- Gare à la flatterie, ma fille : trop de sucre gâte les dents.

 

Françoise Marguerite de Sévigné, peinture à l'huile attribuée à Pierre Mignard (vers 1669), musée Carnavalet, Paris.

Françoise Marguerite de Sévigné, peinture à l'huile attribuée à Pierre Mignard (vers 1669), musée Carnavalet, Paris.

 

- Une femme doit apprendre de bonne heure à être vieille, et ce n'est pas un médiocre talent.

- Je ne me pique ni de fermeté, ni de philosophie; mon cœur me mène et me conduit.

- L'amour est plus fort que toutes les raisons.

- Les opinions des femmes ne sont que la suite de leurs sentiments.

- Si quelquefois un peu d'absence fait grand bien, quelquefois beaucoup d'absence fait grand mal. (**)

- L'ingratitude attire les reproches, comme la reconnaissance attire de nouveaux bienfaits.

- La vie est courte; c'est la consolation des misérables et la douleur des gens heureux; et tout viendra au même but.

- La mémoire est dans le cœur.

- Il faut toujours douter de ce qu'on ne sait point par soi-même.

- Il y a des cœurs qui ont tant de sympathie qu'ils sentent par eux-mêmes ce que ressentent les autres cœurs.

- Les choses n'arrivent quasi jamais comme on les imagine.

- Je hais l'ennui plus que la mort.

 

(**) A voir sur l'absence, l'article  :

L'absence, manque ou renforcement pour les sentiments ? Un peu de poésie et des citations sur le thème ( Molière, La Fontaine, Verlaine, Mme de Sévigné, Radiguet, Rostand, Maurois, Hugo...)

http://www.citons-precis.com/2018/05/absence.html

 

 

°°°

 

 

 

°°°

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article