Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Citons-precis.com/citations

Ma pensée poétique du jour : "Sur le bout de la langue", le mot, la formule que l'on n'arrive pas à extraire de la bouche

31 Mai 2020 , Rédigé par Daniel Confland Publié dans #pensées poétiques

 

Tags : langue  - bouche - bredouiller  - poésie.

°°°

A un moment ou à un autre, on a tous connu ce pénible moment où, malgré nos efforts répétés, le mot, la formule, ne vient pas, ne sort pas de notre bouche. Ce n'est pas qu'on soit bègue ni empoté du langage, où que le débit de nos phrases se presserait au portillon de nos commissures. Non, c'est encore plus difficile à expliquer, et souvent plus humiliant encore car les interlocuteurs sont cois, dans l'attente, voire impatients, voire rigolards de nous voir ainsi empêtrés à la recherche du mot perdu, le "bon", soudain égaré dans  les méandres de notre pensée. Et pourtant, c'est clair, et d'autant plus désespérant, c'est juste l'affaire de quelques secondes interminables, nous l'avons, ce mot, cette locution, "sur le bout de la langue" !

DC

Diderot l'avait bien dit, mais Jacques le Fataliste n'y arrivait pas toujours :

"Ah ! si je savais dire comme je sais penser ! Mais il était écrit là-haut que j'aurais les choses dans ma tête et que les mots ne me viendraient pas."

°°°

Sur le bout de la langue…

 

Sur le bout de la langue, je l’ai, il va sortir

Enfin franchir mes lèvres, consoles et voyelles

S’arrondir en un son, vibrant dans l’air ambiant

Ce mot tant attendu, Mnémosyne le garde

En a fait son otage depuis une heure déjà.

Jalouse captatrice de tous mes souvenirs

Enfermés en mes lobes, elle ne laisse sortir

Que ce qu’elle autorise, alors en attendant

Je bredouille, je cafouille, mais cela dissimule

Un genre de psalmodie rythmant l’imploration.

Je supplie la déesse de m’éviter ses tours

Consistant à extraire de l’orifice buccal

Un tout autre vocable que celui recherché.

Hélas, la diablesse s’emploie à mes dépens

De ma bouche sort un mot tout à fait incongru

Que l’auditoire accueille par des rires confus

Je rougis, je m’empêtre, et cherche dans ma tête

Le mot le plus cinglant pour flétrir la mégère

Ma vile tortionnaire, mais il ne me vient pas

Restant, odieux supplice, sur le bout de ma langue !

 

Daniel Confland

 

 

Et l'image du texte, pour un partage éventuel sur les réseaux sociaux :

 

 °°°

°°°

Le blog met ci-dessous d'autres articles à disposition, avec les liens pour y accéder.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article