Citons-precis.com/citations

11 citations piquantes de Landru pendant son procès et avant son exécution.

25 Février 2021 , Rédigé par Daniel Confland Publié dans #gens connus

 

Le célèbre assassin de femmes Landru est mort guillotiné le 25 février 1922 : c'est donc une date anniversaire.

°°°

Henri-Désiré Landru (1869-1922), surnommé le Barbe-Bleue de Gambais (Yvelines, ancienne Seine et Oise), fut d'abord assistant architecte, avant d'exercer plusieurs métiers, puis de se livrer entièrement au métier d'escroc. Peu à peu, les femmes deviennent sa cible favorite. Beau parleur, suscitant la compassion par des proclamations de veuf inconsolable, promettant le mariage, usant de 90 identités différentes, il attire dans ses rets plus de 280 femmes. Par différents artifices, il leur soutire des actes lui donnant accès à leurs biens, puis les assassine en brûlant leur corps dans la cuisinière de la villa de Gambais, louée en 2015. Sept femmes y périront, et 4 dans un logement précédent. 

Au total, ce sont donc 11 assassinats dont on l'accuse, lorsque s'ouvre son procès près la Cour d'Assises de Versailles, le 7 novembre 1921, après une longue enquête et le recueil de preuves accablantes. Toutefois, les cadavres des victimes restent introuvables, ce qui fragilise l'accusation et alimente la verve de l'avocat de Landru, le célèbre Maître Moro-Giafferi, comme celle de son client :

Montrez-moi les cadavres, s'insurge ce dernier, lorsque la Cour dresse l'acte d'accusation.

Quand le célèbre avocat use d'un subterfuge pour affirmer à la Cour et aux jurés que les victimes ont été retrouvées et vont paraître dans la salle d'audience, désignant la porte de sortie d'un geste théâtral, il triomphe : Cour, jurés et toute l'assistance ont unanimement tourné la tête. Faisant durer le suspense, Maître Moro-Giafferi peut alors affirmer que peu de gens dans la salle sont donc convaincus de la culpabilité de son client, puisqu'ils ont cru à son histoire ! Ce qui n'empêche pas le Président de rétorquer habilement que seul Landru n'a pas tourné la tête !

En fait, tout le procès se transforme en spectacle. Curieux attirés par le morbide, journalistes du monde entier, écrivains, artistes célèbres et gens du monde se pressent aux séances du tribunal de Versailles. Surtout, Landru lui même, tout en niant mordicus tous ces crimes, déclenche les rires par ses réparties incessantes. Il est aisé d'en juger :

A L'huissier qui lui montre la liste des jurés, Landru l'apostrophe en ces termes :

Il n'est pas vraiment utile de se déranger, surtout un dimanche, pour si peu de choses.

Commentant la menace du Président de "faire rentrer chacun chez soi" si les rires de la salle devaient continuer, il réplique :

Pour mon compte, monsieur le Président, ce n'est pas de refus.

Alors que le Président s'étonne que ses enfants n'aient rien eu à redire de la présence de toutes ces femmes à Gambais, Landru se fait donneur de leçons :

- Quand je donne un ordre à mes enfants, moi, monsieur le Juge, ils obéissent. Ils ne cherchent pas le pourquoi ni le comment. Je me demande comment vous élevez les vôtres ! 

A la Cour qui dénonce ses escroqueries, sans parler de ses crimes, l'accusé accuse à son tour :

 - Si les femmes que j'ai connues ont quelque chose à me reprocher, elles n'ont qu'à déposer plainte ! 

A l'avocat général qui lui déclare qu'il risque sa tête à l'issue du procès, Landru rétorque du tac-au-tac :

- Vous parles toujours de ma tête, Monsieur. Je regrette de n'en avoir pas plusieurs à vous offrir !

Et cette autre répartie :

- Moi ? J'ai fait disparaître quelqu'un . Eh bien, ça alors ! Si vous croyez ce que racontent les journaux !

Enfin, son procès va vers son terme. Après 11 heures de délibérations, le verdict tombe : Landru est condamné à être guillotiné. On est le 30 novembre 1921. Le condamné dénonce la sentence :

- J’ai un mot à dire : le tribunal s’est trompé. Je n’ai jamais été un assassin. 

Peu de temps avant l'exécution, un aumonier lui demande s'il croit en Dieu : 

- Monsieur le curé, répond le condamné, je vais mourir et vous jouez aux devinettes ?

Comme c'est l'usage, on propose à Landru un verre de rhum et une cigarette. Landru décline ironiquement ;

- Ce n'est pas bon pour la santé !

Maître Moro-Gaffierri demande in extremis à son client d'avouer ses crimes, lequel lui répond avec humour, compte tenu du contexte :

- Cela, Maître, c'est mon petit bagage...

Le couperet tombe le 25 février 1922.

°°°

Parmi les sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Désiré_Landru

https://www.lefigaro.fr/histoire/2016/11/29/26001-20161129ARTFIG00298-landru-le-barbe-bleue-de-gambais-est-condamne-a-mort-en-1921.php

http://dicocitations.lemonde.fr/auteur/5075/Henri_Desire_Landru.php

 

Landru lors de son procès à Versailles, Image Agence Rol, Gallica/BNF, Wikipédia CC.

 

°°°

Pour recevoir des alertes par mél sur les nouveaux articles parus, abonnez-vous, en utilisant le bouton en haut de l'écran, pour les smartphones, et la fenêtre "newsletter" pour la version PC.

Overblog est une plate-forme sécurisée.

°°°

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article