Citons-precis.com/citations

30 citations pas vraiment aimables sur la politique, précédées d'un présentation

19 Mars 2022 , Rédigé par Daniel Confland Publié dans #gens connus

 

Pourquoi la politique et les hommes et femmes politiques (encore trop peu nombreuses, au demeurant) sont-ils si souvent brocardés, voire détestés. Maintes raisons à cela. D'abord le pouvoir, que la politique est censée incarner, est depuis toujours un sujet de méfiance et d'envie. On jalouse les puissants, on suspecte qu'ils tirent profit de leur situation. Comme les riches tirent un pouvoir de leur richesse, on assimile facilement le pouvoir et l'argent, et sa collusion foncière. Dans le passé, alors qu'il pouvait être dangereux de s'attaquer de front au régime en place, le peuple utilisait les libelles pour se défouler sur les défauts et les turpitudes supposées des gouvernants : on se souvient des fameuses "mazarinades". Naguère les chansonniers, aujourd'hui les humoristes et les réseaux sociaux s'en donnent à cœur joie. Et chaque citoyen, en cette matière, est un peu le "fou du roi" des époques passées. Comme "Tout n'est pas politique mais (que) la politique s'intéresse à tout", ainsi que le disait Machiavel, on imagine qu'il n'est point de sujet où la raillerie, et son corollaire, la contestation, ne puissent se faire jour.
"Le pouvoir corrompt" est la rengaine des contempteurs de la politique. Et le "Tous pourris" la formule lapidaire appliquée sans distinction aux politiciens et autres politicards. Et c'est vrai que la conduite des affaires fourmille d'"affaires" moins reluisantes. En d'autres temps, elles étaient connues mais étouffées, ce qui exaspérait le peuple à raison. A présent qu'elles "sortent" et que la justice passe, les hommes et femmes politiques honnêtes ne sont pas exonérés pour autant des condamnations de leurs confrères : "Vous voyez bien, un de pris mais tous pareils !" La fameuse "transparence" exigée à présent des politiques en matière de patrimoine et de mœurs ne leur profite même pas. Elle renforce au contraire la méfiance à leur égard : plus elle est invasive, plus le populaire se dit que c'est donc qu'il n'y a pas de fumée sans feu.
S'ajoute à cela le procès en absence d'idéal et de conviction au service du bien public. Les politiques n'auraient point le sens de l'intérêt général mais celui de leur intérêt particulier, ou pire encore celui de l'intérêt des lobbies qui les tiendraient en laisse. D'autant qu'ils se laisseraient volontiers aller au favoritisme et au clientélisme. De là à ce que leurs actes soient tenus pour illégitimes, il n'y a qu'un pas.
L'absence de résultats est un autre grief, et l'un des plus acerbes, d'autant que les citoyens les jugent à l'aune des promesses non tenues. En cette matière, deux procès sont ouverts envers les politiques : celui d'incompétence et celui d'impuissance. S'agissant de l'incompétence, ce n'est pas le moindre des paradoxes que de constater qu'on reproche aux politiques, tantôt d'être des professionnels usés et inefficaces parce qu'incrustés à vie dans leurs mandats, tantôt des gens venus de la société civile et par suite inexpérimentés. Le sentiment d'impuissance de la "puissance" publique est aussi répandue que nocive. L'empilement de lois mal conçues et non appliquées en est une manifestation. L'action de l'Etat serait de toute manière entravée par l'Europe, par la mondialisation qui se fait à nos dépens, impuissante à réguler l'immigration et à imposer la sécurité des biens et des personnes. Ces facteurs tendent à accréditer le ressenti diffus du déclassement d'un pays en manque de compétitivité, à déliter la cohésion nationale et la confiance envers les institutions, et favorisent le chacun pour soi comme la recherche de boucs émissaires.
Il y a donc beaucoup à faire pour rénover le fonctionnement démocratique en profondeur, et restaurer l'image de ceux et celles qui en sont à la fois les initiateurs, les organisateurs et les garants. Même si un peu de mesure et de bienveillance dans nos jugements ne ferait pas de mal non plus. En tout cas, ce texte, qui ne fait que recenser des éléments connus d'un diagnostic, n'a pas pour objet ni ambition de proposer des solutions. C'est au débat, démocratique précisément, en particulier en ces temps d'élection, d'œuvrer en ce sens. Mais comme j'ai eu l'occasion de l'écrire sous forme de question-réponse : "Perfectible, notre démocratie ? Sans doute, puisque, si les choses sont ce qu’elles sont, elles sont loin d’être toujours ce qu’il faudrait qu’elles fussent ! Allons, on est quand même preneur !"
 
Daniel Confland
 
Mots-clefs : politique, hommes politiques, politiciens, démocratie, députés, élus, élections, chambre des députés, sénat, sénateurs, citations, aphorismes.
 
Les citations qui suivent sont une refonte complète de celles contenues dans l'article en deux parties publié en janvier 2017.

 

30 citations pas vraiment aimables sur la politique

 

- La politique est l'art de chercher des ennuis, de les trouver, d'en donner un diagnostic erroné, puis d'appliquer les mauvais remèdes.                        (Groucho Marx)                       

- N'attendez pas la solution de vos problèmes des hommes politiques puisque ce sont eux qui en sont la cause. (Alain Madelin)

- La politique est l'art de choisir entre le désastreux et le désagréable.         (John Kenneth Galbraith)   

- Tout ce que je demande aux Politiques, c'est qu'ils se contentent de changer le monde, sans commencer par changer la vérité. (Jean Paulhan)

- La politique est l'art d'empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde. (Paul Valéry)

Les hommes politiques, on devrait les faire souffler dans le ballon pour savoir s'ils ont le droit de conduire la France au désastre. (Coluche)

 

"Un homme politique malhonnête est comme le cerf-volant : il est gonflé de vent, il se pare de belles couleurs pour séduire, et lorsqu’il vole il est en général manipulé par quelqu’un qui tire les ficelles !" (Daniel Confland)

 

- En politique, une absurdité n'est pas un obstacle. (Napoléon)

- La démocratie, c'est la moitié des cons plus un. (Philippe Bouvard)

- Un idiot est un idiot, deux idiots sont deux idiots, dix mille idiots sont un parti politique. (Franz Kafka)

- Supposez que vous étiez idiot, et supposons que vous étiez membre du Parlement ; mais je me répète. (Mark Twain)

- En politique, on succède à des imbéciles et on est remplacé par des incapables. (Georges Clémenceau)

- En politique comme dans les affaires, on fait faire bien des courbes à la droiture pour tracer sa route.  (Daniel Confland)

 

 

 - La politique, c'est une guerre sans effusion de sang et la guerre une politique sanglante. (Mao Tsé-Toung)

- L'art de gouverner consiste à prendre le plus d'argent possible à une catégorie de citoyens afin de le donner à une autre. (Voltaire)

- Comme n'importe quel imbécile peut s'en apercevoir, le moyen le plus sûr de progresser en politique est de se tenir près de celui qui est tout en haut. (Robert Harris)

- La politique est l'art de se servir des ggens. (Henry de Montherlant)

- On ne peut être tué qu’une seule fois au combat, mais plusieurs fois en politique. (Winston Churchill)

- La société politique contemporaine : une machine à désespérer les hommes. (Albert Camus)

 

"La politique : plus ça change, plus c'est la même chose." (Alphonse Karr)

 

- Toute politique décadente multiplie sans fin le nombre des lois. (Raymond  Abellio)

- Politique. Lutte d'intérêts déguisés en débat de grands principes. Conduite d'affaires publiques pour un avantage privé. (Ambroise Bierce)

- Quatre-vingt-dix pour cent des politiciens donnent aux autres dix pour cent une mauvaise réputation. (Henry Kissinger)

- Je pense que c'est une terrible honte que la politique soit devenue du show business. (Sydney Pollack )                                          

- Comme un homme politique ne croit jamais ce qu'il dit, il est étonné quand il est cru sur parole. (Charles de Gaulle)

Tous ces prétendus hommes politiques sont les pions, les cavaliers, les tours ou les fous d'une partie d'échecs qui se jouera tant qu'un hasard ne renversera pas le damier. (Honoré de Balzac)                                                -

- La politique est l'art de rendre possible ce qui est nécessaire ; ce qui est nécessaire, c'est d'être élu. (Georges Elgozy)

- La politique est supposé être la seconde plus ancienne profession. J'ai réalisé qu'elle ressemble beaucoup à la première. (Ronald Reegan)

- Quand les hommes politiques ouvrent leur parapluie, leur niveau de précipitation à réformer devient nettement inférieur à la moyenne saisonnière. (Daniel Confland)
 

°°°

A lire ou relire sur le blog :

20 citations sur les sondages, en bien, en mal !

12 citations sur les perles de la république, gaffes, lapsus et autres trouvailles du bêtisier politique

°°°

Pour recevoir des alertes par mél sur les nouveaux articles parus, abonnez-vous, en utilisant le bouton en haut de l'écran, pour les smartphones, et la fenêtre "newsletter" pour la version PC.

°°°

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article