Citons-precis.com/citations

Une sélection de 30 citations de RIVAROL, impertinent élégant et moraliste original

17 Août 2022 , Rédigé par Daniel Confland Publié dans #gens connus

 

Nota : les qualificatifs du titre de l'article sont de Ferdinand Brunetière, Revue Littéraire/ Rivarol, Revue des Deux mondes (1883).

Antoine (de) Rivarol (1753-1801) est un écrivain, journaliste (il collabora au Mercure de France), pamphlétaire et auteur de maximes. Monté à Paris depuis sa ville natale de Bagnols-sur-Cèze, où son père était aubergiste, sa verve épistolaire et littéraire, le fait vite exceller dans les salons. Sainte Beuve écrit à son sujet : "Une figure aimable, une tournure élégante, un port de tête assuré, soutenu d’une facilité rare d’élocution, d’une originalité fine et d’une urbanité piquante, lui valurent la faveur des salons." Avec ses piques, il a aussi le chic pour se créer une foule d'ennemis. Avec sa propension à jouer les moralistes à l'égard d'autrui et de la société, il manifeste un talent que d'aucuns prendront pour de l'arrogance. Ayant plus d'un tour dans son sac, Antoine n'hésite pas à s'ennoblir faussement et à utiliser des pseudonymes.

Monarchiste convaincu, même s'il plaide auprès du roi pour une monarchie à la mode anglaise, antirévolutionnaire, Rivarol émigre en 1792. A Berlin, il représente le futur roi Louis XVIII. C'est dans cette ville qu'il meurt et est enterré.

De l'Universalité de la langue française (1783) est tenue pour son oeuvre principale.

DC

 

Portrait de Rivarol en 1784, Wikipédia CC.

°°°

Les citations : le choix

 

Les proverbes sont le fruit de l’expérience de tous les peuples, et comme le bon sens de tous les siècles réduit en formules.

- Les philosophes sont plus anatomistes que médecins : ils dissèquent et ne guérissent pas.

Les opinions, les théories, les systèmes, passent tour à tour sur la meule du temps, qui leur donne d'abord du tranchant et de l'éclat, et qui finit par les user.

- Les idées sont des fonds qui ne portent intérêt qu'entre les mains du talent.

Il faut attaquer l'opinion avec ses armes : on ne tire pas des coups de fusil aux idées.

Les idées font le tour du monde : elles roulent de langue en langue, de siècles en siècles, de vers en prose.

- Le langage est la peinture de nos idées.

Dans les républiques, le peuple donne sa faveur, jamais sa confiance.

- Il y a des temps où le gouvernement perd la confiance du peuple mais je n'en connais pas où le gouvernement puisse se fier au peuple.

Les vices de la cour ont commencé la Révolution, les vices du peuple l'achèveront.

Quand les lois sont obscures, les juges se trouvent naturellement au-dessus d'elles, en les interprétant comme ils veulent.

On veut de la sûreté pour soi et pour tout le monde. Il n'en est pas de même de la liberté. On n'en veut que pour soi et on se méfie de celle des autres.

- L'esprit est le côté partiel de l'homme; le coeur est tout.

- Exiger l’homme sans passions, c’est vouloir régenter la nature.​​​​​

"Les vices sont souvent des habitudes plutôt que des passions." (Rivarol)

 

L'homme passe sa vie à raisonner sur le passé, à se plaindre du présent, à trembler pour l'avenir.

- La raison est historienne mais les passions sont actrices.

- On passe la moitié de sa vie à retenir sans comprendre, et l'autre moitié à comprendre.

Les méthodes sont les habitudes de l’esprit et les économies de la mémoire.

- La possession d'une chose donne des idées plus justes que le désir. L'homme a plus d'ardeur pour acquérir que pour conserver.

Quand on veut plaire dans le monde, il faut se résoudre à se laisser apprendre beaucoup de choses qu'on sait par des gens qui les ignorent.

Tout homme qui s'élève s'isole.

- L'avare manque autant de ce qu'il a que de ce qu'il n'a pas.

Les ronces couvrent le chemin de l'amitié quand on n'y passe pas souvent.

C'est sans doute un terrible avantage que de n'avoir rien fait, mais il ne faut pas en abuser.

Je pardonne aux gens de n'être pas de mon avis ; je ne leur pardonne pas de n'être pas du leur.

Pourquoi l’amour est-il toujours si mécontent de lui, et pourquoi l’amour-propre en est-il toujours si content ? C’est que tout est recette pour l’un, et que tout est dépense pour l’autre.

La plupart des livres d'à présent ont l'air d'avoir été faits en un jour avec des livres lus de la veille.

Rien n’étonne quand tout étonne : c’est l’état des enfants.

L'imagination est une mémoire qui n'est point à nos ordres.

°°°

Pour recevoir des alertes par mél sur les nouveaux articles parus, abonnez-vous, en utilisant le bouton en haut de l'écran, pour les smartphones, et la fenêtre "newsletter" pour la version

°°°

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article