Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Citons-precis.com/citations

L'Histoire revisitée par les aphorismes : aujourd'hui 1) Sainte Thérèse d' Avila, 2) la Belle Otero ( et quelques autres célèbres courtisanes )

16 Octobre 2016 , Rédigé par Daniel Confland Publié dans #mesaphorismes

000

 

" Un fait historique est fabriqué par ceux qui en répandent la renommée ",

nous rappelle Georges Duby, qui s'y connaît en tant qu'historien dont la... renommée n'est plus à faire. Rien n'empêche donc les contemporains de revisiter, voire inventer à leur tour des évènements ou citations "historiques", En deux exemples que je me suis amusé à composer.

ooo

Sainte Thérèse d'Avila

mots-clés : religion, carmel, religieuse, ordre monastique, mysticisme

Sainte Thérèse d'Avila par Pierre Paul Rubens, wikipédia CC

Sainte Thérèse d'Avila par Pierre Paul Rubens, wikipédia CC

L'Histoire revisitée par les aphorismes : aujourd'hui 1) Sainte Thérèse d' Avila, 2) la Belle Otero ( et quelques autres célèbres courtisanes )

" Sainte-Thérése d’Avila en 1558, encore dans le doute deux minutes avant ses premières apparitions : « Jusqu’ici, je suis encore mystique mi-raisin " (Daniel Confland)

Qui est-elle ?

Sainte Thérèse d'Avila (1515-1582) est une religieuse espagnole née à Alba de Tormes. Son oeuvre de réformatrice de l'Ordre du Carmel secoue tellement les moeurs et pratiques monastiques de son temps, qu'après sa mort, une branche autonome du Carmel essaimera dans toute l'Europe et le monde. Thérèse laisse une quantité d'ouvrages didactiques sur le culte et rituels catholique et monastiques - à ce titre elle est considérée comme l'un des Docteurs de l'Eglise - , mais aussi poétiques et biographiques. Sur ce dernier registre, elle exalte son mysticisme, ce qui en fait l'une des figures emblématiques de la spiritualité, dont l'influence est encore vive chez les chrétiens.

Des reliques de la Sainte sont présentes dans de nombreuses églises espagnoles.

La Belle Otero (et quelques autres)

mots-clés : courtisanes, demi-mondaines, la Belle Otero, La Païva, Liane de Pougy, Emilienne d'Alençon, Mata Hari

La Belle Otero, en costume de scène, par Reutlingen, wikipédia CC

La Belle Otero, en costume de scène, par Reutlingen, wikipédia CC

000

Demi-mondaines et Grand monde

Ce nom, Courtisane, est né à Rome où des femmes, confites en dévotion apparente, pour la « galerie », mais aussi femmes de belle prestance et femmes de tête approchaient les prélats et partageaient leurs mœurs souvent dépravées, et leurs couches.

La vénalité féminine a existé de tous temps, hétaïres, putains, catins, prostituées mais , en mettant de côté les putains de Cour, elle ne devient réellement « Courtisanerie » que lorsque elle donne lieu à des relations régulières, affichées et quasi officielles. Bref, quand les demi-mondaines font leur entrée clinquante dans le « Grand » monde et l’élite bourgeoise enrichie.

Pour cela, il leur faut de l’intelligence, de l’a-propos, des talents de danseuse ou de chanteuse, outre de la beauté et du charme. Plus elles conquièrent les hommes, et mieux elles font fortune à l’aune des fantasmes comme de la concurrence masculine  qu’elles suscitent.

C’est au milieu du XIXè siècle et à la Belle Epoque qu’elles connaissent leur apogée, étalant leur faste et leur munificence, faisant étalage de mœurs aussi frivoles qu’excentriques. Des financiers et des princes mettent leur fortune à leur pieds, se ruinent et se suicident.

La littérature s’en empare, car les Courtisanes - ces « Créatures » qui révulsent les honnêtes gens -, suscitent aussi une fascination à même d’engendrer les fantasmes et d’aiguiser les plumes. L’on citera Balzac, dans « Grandeur et décadence des courtisanes «, Alexandre Dumas fils avec la « Dame aux camélias » et Zola pour « Nana ».

Le destin des Courtisanes est souvent tragique une fois leur beauté flétrie et leur argent dilapidé. Reste paradoxalement qu’elles ont amorcé un changement dans les relations hommes-femmes, se mettant au niveau culturel et intellectuel de leurs protecteurs en sortant de la clandestinité du « Ruisseau », et en acquérant l’autonomie financière. C’est là toute leur singularité.

 Voir pour ce développement et pour en savoir plus : Les Grandes Courtisanes, Joëlle Chevet, Editions First Histoire, 2012, et le site :

http://www.histoire-pour-tous.fr/livres/67-essais/4480-les-grandes-courtisanes-j-cheve.html

000

 

Soirée mondaine chez La Païva, par Monticelli, wikipédia CC

Soirée mondaine chez La Païva, par Monticelli, wikipédia CC

" La Castiglione, la Païva, la Belle Otero, Liane de Pougy, autant de demi-mondaines du XIXème siècle qui virent le grand monde se presser à leurs pieds. Tout l’art de ces belles Courtisanes, adulées et fastueuses, se résume en une phrase : les clients devaient payer contents ! " (Daniel Confland)

000

 

Parmi les Courtisanes les plus célébres

- Agustina Otero Iglésias, alias Caroline Otero, dite la Belle Otero (1868 - 1965)

Otero a marqué son temps et ses contemporains, collectionnant les amants célèbres tels Edouard VII d'Angleterre, Léopold II de Belgique, le Grand Duc Nicolas de Russie, le poète Gabriele d'Annunzio, et le politicien français Aristide Briand qui lui reste fidèle pendant dix ans. On la surnomme sans équivoque aucune la "Reine des suicides".

- Esther Lachmann, marquise de Païva, dite « la Païva » ( 1819-1884)

née à Moscou, décédée château de Neudeck, en Silésie

Le titre lui vient de son premier mariage. Pendant la construction de son palais, un journaliste du Figaro se fend de cette remarque ironique : " Bien que l'hôtel ne soit pas encore aménagé, la marquise peut s'y installer; le trottoir vient d'être terminé ".

 : « […] bien que l’hôtel ne soit pas encore aménagé, Madame la Marquise de Païva peut s’y installer ; le trottoir vient d’être terminé. 

   - Anne-Marie Chassaigne, dite Liane de Pougy (1869 - 1950)

   née à La Flèche, décédée à Lausanne 

   - Émilienne Marie André, dite Émilienne d'Alençon ( 1870 - 1910)

   née à Paris, décédée à Monaco 

   - Émilie-Louise Delabigne, dite Valtesse de La Bigne (1848 - 1910)

   née en 1848 à Paris, décédé à Ville-d'Avray

000

 
L'Histoire revisitée par les aphorismes : aujourd'hui 1) Sainte Thérèse d' Avila, 2) la Belle Otero ( et quelques autres célèbres courtisanes )

L' Hôtel de la Païva, au 25 de l'Avenue des Champs Elysées. Construit entre 1855 et 1866, le monument a fait appel aux meilleurs artistes de son temps, et son luxe est inouï. Il est possible de le visiter

Photo de gauche, Liane de Pougy, par Nadar; à droite : Emilienne d'Alençon, versement HélénaL, clichés  wikipédia CCPhoto de gauche, Liane de Pougy, par Nadar; à droite : Emilienne d'Alençon, versement HélénaL, clichés  wikipédia CC

Photo de gauche, Liane de Pougy, par Nadar; à droite : Emilienne d'Alençon, versement HélénaL, clichés wikipédia CC

Margaretha Zelle, dite Mata Hari, courtisane et espionne, wikipédia CC

Margaretha Zelle, dite Mata Hari, courtisane et espionne, wikipédia CC

000

_________________________________________________________________________

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article