Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Citons-precis.com/citations

Les roses en leur parfum : 3 poèmes de Marceline Desbordes-Valmore, Leconte de Lisle et Jean de la Taille

29 Juillet 2017 , Rédigé par Daniel Confland Publié dans #pensées poétiques

000

Mots-clefs : rose, fleur, parfum, senteur, flagrance, odeur, citations, aphorismes.

000

L'idée de cet article m'est venue de la lecture de l'ouvrage d'Annie Duperey Essences et parfums, textes choisis, édité chez Ramsay en 2004. Le livre contient une riche sélection de textes et de poèmes célèbres sur les odeurs des fleurs, de la campagne, les odeurs charnelles, les arômes et les fumets...

Ici, seul le parfum des roses a inspiré le choix. Deux poèmes sont issus du livre de l'actrice (ainsi que la citation). Un autre a été trouvé sur le Net.

On épargnera au lecteur le grand classique de Ronsard Mignonne allons voir si la rose, qu'on pourra néanmoins consulter en cliquant sur le lien ci-dessus..

DC

https://www.amazon.fr/Essences-parfums-Anny-Duperey/dp/2757801910

000

Les roses en leur parfum : 3 poèmes de Marceline Desbordes-Valmore, Leconte de Lisle et Jean de la Taille
Les Roses de Saadi

J'ai voulu ce matin te rapporter des roses ;
Mais j'en avais tant pris dans mes ceintures closes
Que les noeuds trop serrés n'ont pu les contenir.

Les noeuds ont éclaté. Les roses envolées
Dans le vent, à la mer s'en sont toutes allées. 
Elles ont suivi l'eau pour ne plus revenir ;

La vague en a paru rouge et comme enflammée. 
Ce soir, ma robe encore en est tout embaumée...
Respires-en sur moi l'odorant souvenir.

Marceline Desbordes-Valmore (Poésies inédites)

Photo de la rose "Cuisse de nymphe émue", Joan-T, Wikipédia CC.
 
000
"Quand on vit au milieu des roses, on en prend malgré tout le parfum." (proverbe russe)

"Quand on vit au milieu des roses, on en prend malgré tout le parfum." (proverbe russe)

000

Les roses d'Ispahan

Les roses d'Ispahan dans leur gaîne de mousse, 
Les jasmins de Mossoul, les fleurs de l'oranger 
Ont un parfum moins frais, ont une odeur moins douce, 
O blanche Leïlah ! que ton souffle léger.

Ta lèvre est de corail, et ton rire léger 
Sonne mieux que l'eau vive et d'une voix plus douce, 
Mieux que le vent joyeux qui berce l'oranger, 
Mieux quel'oiseau qui chante au bord du nid de mousse.

Photo : rose Zéphirine Drouhin ("Rosier Bourbon"), Wikipédia CC

Mais la subtile odeur des roses dans leur mousse,
La brise qui se joue autour de l'oranger
Et l'eau vive qui flue avec sa plainte douce
Ont un charme plus sûr que ton amour léger !

O Leïlah ! depuis que de leur vol léger 
Tous les baisers ont fui de ta lèvre si douce, 
Il n'est plus de parfum dans le pâle oranger, 
Ni de céleste arome aux roses dans leur mousse.

L'oiseau, sur le duvet humide et sur la mousse, 
Ne chante plus parmi la rose et l'oranger ; 
L'eau vive des jardins n'a plus de chanson douce, 
L'aube ne dore plus le ciel pur et léger.

Oh ! que ton jeune amour, ce papillon léger,
Revienne vers mon coeur d'une aile prompte et douce,
Et qu'il parfume encor les fleurs de l'oranger,
Les roses d'Ispahan dans leur gaîne de mousse !

Leconte de Lisle (Poèmes tragiques)

                                                    000

Le blason de la rose

 

Aux uns plaît l'azur d'une fleur
Aux autres une autre couleur :
L'un du lis, de la violette,
L'autre blasonne de l'œillet
Les beautés ou d'autre fleurette
L'odeur ou le teint vermeillet :
A moi sur toute fleur déclose
Plaît l'odeur de la belle rose.

J'aime à chanter de cette fleur
Le teint vermeil et la valeur,
Dont Vénus se pare et l'aurore,
De cette fleur qui a le nom
D'une que j'aime et que j'honore,
Et dont l'honneur ne sent moins bon :
J'aime sur toute fleur déclose
A chanter l'honneur de la rose.

La rose est des fleurs tout l'honneur,
Qui en grâce et divine odeur
Toutes les belles fleurs surpasse,
Et qui ne doit au soir flétrir
Comme une autre fleur qui se passe,
Mais en honneur toujours fleurir :
J'aime sur toute fleur déclose
A chanter l'honneur de la rose.

Elle ne défend à aucun
Ni sa vue ni son parfum,
Mais si de façon indiscrète
On la voulait prendre ou toucher,
C'est lors que sa pointure aigrette
Montre qu'on n'en doit approcher :
J'aime sur toute fleur déclose
A chanter l'honneur de la rose.

Jean de la Taille (1533-1611)

 

 

Extrait du site Bienvenue chez Yvette, poèmes sur les roses

Photo : Rose Perfect Moment, San José Heritage Garden, Stan Shebs, Wikipédia CC.

Photo : Rose Perfect Moment, San José Heritage Garden, Stan Shebs, Wikipédia CC.

000

Vous aimez ce blog ? 

Alors, merci de le faire connaître !

Et pourquoi ne pas vous abonner à titre

personnel,

si ce n'est déjà fait ?

000

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article